Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Contremaitre Elephant-Nain menant un Homme-Géant dans les carrières chocolatières de la Tache Rouge de Jupiter, juin 1887

HPIM0408

Contremaitre Elephant-Nain menant un Homme-Géant dans les carrières chocolatières de la Tache Rouge de Jupiter, juin 1887

 

Les Hommes-Géants d’Erinomé sont, à ce jour, l’unique espèce anthropomorphe découverte lors des expéditions à travers le système solaire (la supercherie de l’Homme Sauvage de Themisto ayant rapidement été éventée, se révélant n’être au final qu’un grossier montage entre un nasille d’Halimède et un babouin des alpes mercuriennes).

Domestiqué depuis des siècles par l’habitant local, le peuple des Eléphants-Nains (dont la taille s’approche de la nôtre), ils sont dociles et corvéables à merci, tout autant que puissants et endurants, ce qui explique leur emploi systématique dans les grands gisements chocolatiers dont l’abrupt escarpement interdit l’usage de véhicules mécanisés. L’exploitation de la Tache Rouge de Jupiter, fabuleuse réserve quasiment à ciel ouvert de cacao, en utilise à elle seule plusieurs milliers.

On a pu, ici et là, être choqué par les révélations de l’écrivain et astrologue William Chaney, décrivant dans plusieurs brûlots les sordides conditions de travail de ces humanoïdes et le fort taux de mortalité dans les mines, de la même façon que la grande querelle théologique de l’été 1879 entre l’évangéliste Las Casas et le chanoine Sépuvalda, ébranla l’Inquisition et troubla jusqu’aux plus hautes sphères de la cour d’Espagne, il ne faut néanmoins pas se voiler la face : La sacro-sainte tasse de chocolat jupitérien (au goût divin!) est devenue rapidement, depuis son introduction terrienne en 1863, la tradition immuable du Five O’Clock en Grande Bretagne et l’utilisation de la coque de cacao extra-terrestre dans les moteurs à vapeur de toute notre industrie (rappelons que son rendement huit cent fois supérieur a quasiment mis au rebut les mines de charbons et tué dans l’œuf l’essor naissant du pétrole terrestre) font du monopole espagnol sur le chocolat jupitérien (et à une moindre mesure sur celui de ses satellites) une donnée majeure dans la course à l’énergie, devant laquelle les interrogations morales s’inclinent.

 

Pas de Commentaires à “Contremaitre Elephant-Nain menant un Homme-Géant dans les carrières chocolatières de la Tache Rouge de Jupiter, juin 1887”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


Azimutard |
PEINTURE DARF |
Poussinour's Family |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECRIVAIN DRAMATURGE
| It's so Fanny !
| Deux "Illustrateuses" pour ...