Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

L’homme brouillé

b166.jpg

15×10

crayon

.
 

Japonaise lisant (version encre)

hpim3754.jpg

50×70

encre

.
 

Pecheurs

hpim3746.jpg

30×40

acrylique & encre

.
 

affiche 2

pressworksaffichemarivauxd.jpg

21×29.7

encre & couleurs par ordinateur

.
 

Odyssée : Calypso

hpim3724.jpg

55×15

encres, acrylique & gingembre

« Et elle le trouva assis sur le rivage, et jamais ses yeux ne tarissaient de larmes, et la vie, qui nous est si douce,
il la consumait en soupirant après son retour, car la Nymphe ne lui plaisait pas. »

Homère – L’Odyssée – Chant V

.
 

Breton

b158.jpg

21×29.7

encre

.
 

Le souffle du matin

hpim3727.jpg

b152.jpg

30×40

encre

calligraphie (très) libre à partir de ces quatre mots

.
 

Yaks

hpim3734.jpg

55×15

encre & enduit

.
 

Odyssée : Nausica

hpim3728.jpg

55×15

acrylique & encres

« Bientôt elles arrivèrent vers le cours limpide du fleuve ; là, dans des bassins intarissables, coulait avec abondance
une eau pure qui enlevait rapidement toutes les souillures. Elles délièrent les mules et les menèrent vers le fleuve
tourbillonnant pour qu’elles broutent les doux pâturages ; puis les femmes sortirent du char les somptueux vêtements
de la jeune fille, les plongèrent dans l’onde, et les foulèrent dans les bassins en luttant de vitesse les unes avec
les autres. Lorsqu’elles eurent ôté toutes les souillures qui couvraient ces riches étoffes, elles les étendirent
sur la plage en un lieu où la mer avait blanchi les cailloux ; elles se baignèrent ensuite, se parfumèrent d’une huile
onctueuse et prirent leur repas sur les rives du fleuve en attendant que les rayons du soleil aient séché les superbes
parures de la belle Nausica. »

Homère – L’Odyssée / Chant VI

.
 

affiche 1

pressworksaffichephedre2.jpg

21×29.7

acrylique & couleurs par ordinateur

.
 

Odyssée : les Sirènes

hpim3701.jpg

55×20

encre, peinture & argent alimentaire

« Ainsi chantaient les Sirènes, faisant résonner leur belle voix, et mon cœur voulait les entendre. Aussitôt fronçant
les sourcils, j’ordonnai à mes compagnons de me délier ; mais au lieu d’obéir ils se couchèrent et ramèrent avec
encore plus d’ardeur. »

Homère – L’Odyssée / Chant XII

.
 

La voie du corbeau

hpim3699.jpg

55×25

encre & acrylique

.
 

Trois chinois

hpim3696.jpg

25×35

encre

.
 

La pluie sur le désert

hpim3695.jpg

45×55

encre & terre

(note pour tous les dessins à base de calligraphie arabe :  totalement novice et ignorant de cette langue, en cherchant à jouer avec les lettrages et ma priorité étant graphique, je fais forcément des erreurs grossières qui doivent bien faire rigoler ceux qui la maitrisent; qu’ils m’en excusent)

.
 

Odyssée : Scylla

hpim3634.jpg

55×20

encres, acrylique, colorants alimentaires, crème de whisky & safran

« De même qu’un pêcheur, du haut d’un rocher, avec un long roseau, envoie dans la mer aux faibles habitants des ondes
un appât enfermé dans la corne d’un boeuf sauvage, et jette chaque poisson qu’il a pris, palpitant, sur le sable;
de même Scylla emportait mes compagnons frémissants et les dévorait sur le seuil, tandis qu’ils poussaient des cris
et qu’ils tendaient leurs mains vers moi. Jamais, en parcourant les plaines humides de l’Océan, un si triste spectacle
ne s’offrit à mon regard ! »

Homère-L’Odyssée, Chant XII

.
 

Enfant Xingu (encre)

hpim3669.jpg

24×32

encre

.
 

Enfant Xingu (acrylique)

hpim3686.jpg

35×45

acrylique

.
 

Odyssée : les Lotophages

hpim36611.jpg 

20×55

enduit, encre, acrylique, or alimentaire & peinture métallisée

« Je choisis deux de mes guerriers et je les envoyai, accompagnés d’un héraut, pour savoir quels étaient les hommes
qui vivaient sur cette terre. Ils partirent et arrivèrent bientôt auprès des Lotophages, qui, loin de méditer la
perte de mes compagnons, leur donnèrent du lotos à goûter. Et dès qu’ils eurent mangé le doux lotos, ils ne songèrent
plus ni à leur message, ni à leur retour. »

Homère – l’Odyssée, Chant IX

.
 

Africain

hpim3614.jpg

21×29.7

encre de chine

.
 

Odyssée : Rage

hpim3652.jpg

20×60

encres & peinture métallisée

« Dès que le grand arc parvint entre les mains d’Ulysse, il le tendit sans effort et lança une flèche à travers le fer.
Puis, debout sur le seuil de la porte, il décocha à ses pieds les traits rapides, nous regarda tous d’un air menaçant
et perça le roi Antinoüs. Alors, regardant de tous côtés, il lança ses flèches mortelles aux fiers prétendants, et
ils tombèrent tous les uns sur les autres. Certes, un d’entre les Dieux favorisait alors Ulysse ! Et aussitôt son fils
et ses deux serviteurs, s’appuyant sur sa force, tuaient ça et là, et d’affreux gémissements s’élevaient, et la terre
ruisselait de sang. C’est ainsi que nous avons péri, ô Agamemnon ! »

Homère – l’Odyssée, Chant XXIV

.
 

Pivoines

hpim3651.jpg

30×40

encre & acrylique

d’après Cheng Yan

.
 

Azimutard |
PEINTURE DARF |
Poussinour's Family |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECRIVAIN DRAMATURGE
| It's so Fanny !
| Deux "Illustrateuses" pour ...